Initiation à la méditation

Publié le par M4

"Nous déployons beaucoup d’efforts pour améliorer les conditions extérieures de notre existence, mais en fin de compte c’est toujours notre esprit qui fait l’expérience du monde et le traduit sous forme de bien-être ou de souffrance. Si nous transformons notre façon de percevoir les choses, nous transformons la qualité de notre vie. Et ce changement résulte d’un entraînement de l’esprit que l’on appelle « méditation »."

Matthieu Ricard - L'art de la méditation 

 

"Depuis une dizaine d’années, de grandes universités américaines comme l’Université de Madison au Wisconsin, celles de Princeton, d’Harvard et de Berkeley, de même que des centres à Zurich et à Maastricht en Europe, mènent des recherches intensives sur la méditation et son action à court et à long terme sur le cerveau. Des méditants expérimentés qui totalisent entre dix mille et soixante mille heures de méditation ont démontré qu’ils avaient acquis des capacités d’attention pure que l’on ne retrouve pas chez les débutants. Ils sont capables, par exemple, de maintenir une vigilance quasi parfaite pendant quarante-cinq minutes sur une tâche particulière, alors que la plupart des gens ne dépassent pas cinq ou dix minutes, au terme desquelles ils multiplient les erreurs. Les méditants expérimentés ont la faculté d’engendrer des états mentaux précis, ciblés, puissants et durables."

Matthieu Ricard - L'art de la méditation

 

Je conseil aux lecteurs de cet articles de se référer, dans un premier temps, à l'article évoquant le concept de "Mindfulness" si ce n'était pas déjà fait.


Bien qu'au cœur de la pratique de certaines religions, la méditation n'est pas un acte religieux. De même, ce n'est pas non plus une pratique ayant pour but de faire le vide ou de se couper du monde.
Il existe différents types de médiation mais je me suis pour le moment focalisé sur l'une d'entre-elle tiré du Bouddhisme et plus particulièrement du "Samatha bhavana" qui développe la faculté de focaliser son attention sur un seul point. En quelque sorte, c'est un exercice de concentration qui focalise notre esprit sur le moment présent et l'empêche de dériver sur les éléments passés ou futurs. C'est donc là encore bien de "Mindfulness" dont il s'agit.
Le concept de méditation en tant que tel est très vaste. Cet article n'est qu'une mise en bouche et a vocation à être complété maintes et maintes fois aux travers de différents billets. Pour aujourd'hui, je ne vous exposerai qu'un exercice simple d'apparence, qu'on retrouve très souvent sur différents supports (L'art de la méditation, 3e vidéo de Tommy Angelo dans la série Eightfold Path to poker Enlightenment, différents sites internet etc...).

Méditation sur la respiration
Ici la pleine conscience consiste à rester continuellement concentré sur notre souffle, sans nous laisser distraire. Pour ce faire, il suffit de respirer normalement et de concentrer notre attention sur le va et vient de notre souffle. Plus encore, on peut tacher de nous concentrer sur la sensation de l'air entrant dans nos narines, de la suspension de ce souffle entre l'inspiration et l'expiration et vis versa. Pour faciliter cet exercice, il est possible de compter mentalement "1" à la fin d'un cycle complet de souffle (inspiration/expiration) puis "2" à la fin du suivant et ainsi de suite jusqu'à 10 avant de revenir à "1" et recommencer.
Au départ il semblera surement difficile de ne pas se laisser submerger par une pensée, une image etc... Mais à force d'entrainement, plus on le pratique et plus ça semble accessible.

"Tôt ou tard nous tomberons soit dans la distraction accompagnée d'une prolifération de pensées, soit dans un état vague de semi-somnolence, soit encore dans une combinaison des deux, c'est à dire dans un état confus traversé par des suites de pensées erratiques. C'est là que la vigilance doit intervenir : dès que nous nous rendons compte que notre concentration s'est perdue, reprenons là simplement, sans surenchérir par du regret ou de la culpabilité. Retournons simplement au souffle. Lorsque des pensées surgissent, n'essayons pas de les arrêter - ce qui n'est d'ailleurs pas possible puisqu'elles sont déjà présentes -, évitons simplement de les alimenter : laissons-les traverser le champ de notre conscience."
Matthieu Ricard - L'art de la méditation

J'ai souhaité dans cette première approche, réunir des éléments qui sont facilement transposables à une session de poker et à la concentration que ça demande. L'exercice en question est même directement transposable pendant notre session. En effet, en supposant qu'on soit dans un état de pleine conscience pendant notre session, ça ne voudra pas pour autant dire qu'un sentiment de colère (ou tout autre sentiment perturbant) ne nous atteindra pas à un moment ou à un autre. Être en état de Mindfulness, c'est se dire "je suis conscient d'être énervé". Outre le fait que cette prise de conscience immédiate soit directement bénéfique, elle vous permet de vous calmer en comptant par exemple vos respirations. En règle général, sur une majorité de rooms (ou encore plus en live), prendre le temps de compter entre 3 et 5 cycles de respiration sans penser aucunement à la session, n'est pas une gros problème (ce n'est l'affaire que d'une bonne dizaine de secondes).

Si cet exercice ne fonctionne pas pendant votre session (que vous n'arrivez pas à vous concentrer sur votre souffle sans que d'autres pensées surgissent) ou que, pire encore, l'idée même d'en user à ce moment là vous énerve, il est alors temps d'arrêter et de vous lever. Il sera peut-être temps de revenir après une pause un peu plus conséquente et après avoir réussi à se concentrer sur le moment présent d'une quelconque manière que ce soit, sans ressasser un coup perdu (passé) et penser à se refaire, ou les conséquences que la perte financière a pour vous (futur),  etc...

Publié dans Mindfulness

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

billousevitch 05/10/2010 14:44


ok ty pour la reponses


billousevitch 04/10/2010 12:43


j'ai vraiment du mal à rester concentrer plus de 5 sec. J'ai toujours des pensées parasites qui viennent perturber ma méditation. Arrives tu à ne penser à rien ?
si oui quel truc as tu utilisé au début pour y arriver ?


M4 04/10/2010 13:58



Je relierai le passage du livre dont je parle dans l'article pour voir ce qui en est dit. Cela dit, n'oublies pas que ce n'est pas "ne penser à rien" mais bien "penser au moment présent". Bien
sur, quand tu penses ne rien faire, c'est bien plus dure, mais en réalité, tu fais toujours quelque chose. Là pour le coup, tu respires et c'est cette sensation qu'il faut ressentir sans laisser
divaguer son esprit vers d'autres pensées.


Quand tu rapporte un plat rempli à rabord et brulant (pour reprendre l'exemple), il est très très rare que tu penses à quoi que ce soit d'autre... ton esprit ne divague pas parce que tu es
concentré et qu'il ne te viendrais pas à l'idée de penser à ce que tu dois faire le lendemain ou autre. Par contre, dans des situations ou être en état de mindfulness n'est pas naturel (dans un
premier temps), ça devient beaucoup plus difficile. Pourtant, si tu arrives à te concentrer à 100% sur ta soupière / ton plat, tu dois pouvoir reussir à te concentrer à 100% sur ta respiration,
ce n'est qu'une habitude. Mais encore une fois, le but n'est pas de penser à rien, juste de penser au moment présent. Il y a un autre exercice à propos de la marche (dont je parlerai un de ces
jours) ou là encore, on a tendance à penser à toute autre chose naturelement (marcher étant un geste "automatique", presque comme respirer) et ou être mindfulness (juste pour s'entrainer)
nécessite un effort.


Le but ça reste avant tout de savoir entrainer son esprit à se débarasser des pensées parasites quand on le souhaite. Gérer notre perception des choses et ne plus la subir. Obv je te donne ce que
je retire de ce que je lis/fait, je suis loin d'être au point ! :)



Dr Spades 16/09/2010 11:03


décidément un des meilleurs blogs du moment.