Extraits du "well" de Boywonder (1)

Publié le par M4

J'ai décidé de vous traduire quelques propos d'un well de Boywonder dans lequel un membre limpers avait pris la peine de sélectionner les passages qu'il avait jugé les plus importants.
Voici les extraits disponibles en anglais sur limpers que j'ai décidé de traduire. Pour ceux que l'anglais ne rebutent pas, je conseil bien entendu la version originale car j'ai traduit ça rapidement. Autant je pense que le contenu peut-être apprécié par les lecteurs qui ne connaitraient pas déjà ce joueur, autant le fait de passer du temps à traduire, même rapidement, ne me passionne pas... je n'ai donc pas forcément pris le temps de faire ça très bien mais c'est déjà mieux que rien.
Ces extraits datent d'il y a deux ans et proviennent de deux threads 2+2 disponibles à la fin de cet article. Si je précise que tout ceci date de 2008, c'est parce que je pense que certains choses ne sont plus aussi vraies aujourd'hui mais le contenu global reste intéressant.


Q: Ou dois-je chercher pour améliorer mon jeu ?
BW: Votre mental, l'état émotionnel pendant que l'on joue, c'est 80% du travail et  vous pouvez travailler et franchir certaines étapes spécifiques pour s'améliorer en la matière. Être dans un bon état émotionnel vous permettra d'ouvrir les yeux sur ce que vous et les autres joueurs faites sans rester bloqué sur la main précédente que vous avez perdu, de combien vous êtes gagnant jusqu'à présent, ce que vous allez manger plus tard, etc. En y ajoutant quelques éléments techniques de base et vous avez les derniers 20% pour, au moins, atteindre un niveau permettant de vivre confortablement du poker.

Q: Ça fait toujours plaisir d'entendre qu'on n'a pas besoin d'un talent naturel hors du commun pour reussir au poker.
BW: Dire qu'on aurait besoin d'un talent hors du commun pour réussir au poker, c'est probablement très irrespectueux envers ceux qui ont un réel talent naturel dans à peu près tout autre domaine. "LOL" à dire qu'on aurait besoin d'un énorme talent naturel pour réussir, au moins à faire 100 à 250k$ par an en jouant. Au delà de ces sommes, je ne pourrais pas vous dire.
La grosse différence entre grindeur moyen de 1/2 et le joueur de 3/6 5/10 n’est définitivement pas lié au talent ou à des qualités innées. La différence se joue sur la tolérance au risque, la gestion de bankroll, la sélection de table, le contrôle du tilt. Que des éléments très simples à gérer quand on sais contrôler un peu ses émotions. Une fois de temps en temps, du fait du grand nombre de joueurs, vous allez trouver un jeune prodige partant des micro stakes pour jouer avec les nosebleeds très rapidement, et pas uniquement grâce à la chance mais par une compréhension naturel du jeu. Ces personnes sont définitivement un très petite minorité.
Aussi, comme mentionné auparavant, je pense que habileté à lire les ranges adverses est en grande partie liée à votre mental et votre situation émotionnelle plus qu’à toute autre chose.
Avez-vous déjà remarqué que certains jours, vous êtes capables de mettre vos adversaires sur les bonnes mains très souvent et que d’autres, vous êtes juste comme perdu dans l'obscurité ? Vous n’avez pas changé d’un jour à l’autre, vos capacités, votre skill n’ont pas diminué. Mais vous n’êtes probablement pas dans le même état émotionnel que celui dans lequel vous étiez lors du jour précèdent.

Q: Quel est l’aspect principal qui a changé  dans ton jeu pour devenir un tel joueur gagnant sur tes limites ?
BW: J’ai réalisé que la plupart des regulars ne sont finalement pas si solide et n’avait pas leur propre style de jeu (la plupart ont simplement récupéré le jeu preflop d’un autre joueur dont ils regardent les vidéos mais n’ont aucune idée de pourquoi ils font ça et sont souvent très spewy postflop). Quand vous commencez à réfléchir à comment battre et exploiter les regs, c’est là que vous vous améliorez et commencer à battre les limites à plus de 1ptbb. Et la base de tout cela a été de réaliser à quel point mon jeu était dépendant du fait de jouer avec le bon état d’esprit et apprendre à maintenir cela.
La plupart d’entre vous n’ont pas de gros problèmes techniques, vous comprenez le pot control, les situations way ahead / way behind, la position, l’equity, les pot odds, l’intérêt des 3bet etc. La raison pour laquelle vous luttez avec les aspects techniques les plus subtiles, c’est parce qu’ils requièrent souvent un bon et clair état d’esprit pendant que l’on joue et analyse. Si vous êtes dans un état constant de léger « tilt », vous ne comprendrez jamais votre propre image à la table, ce que votre historique avec un certain adversaire signifie vraiment et les ajustement corrects qui en découlent (à l’opposé d’une poignée de 3bet et maintenant vous attendez de shove any 2), et ce qui résume finalement tout cela ; la lecture des mains et range adverses et savoir comment s’ajuster à elles.
Ces qualités vont séparer les gagnants à 2ptbb de ceux à 5. Je pense que même si j’ai un winrate de 4,7 ptbb, j’aurai d’ailleurs pu facilement éviter beaucoup de situations ou je savais que je faisais le mauvais play, et aurait pu facilement atteindre 5,5 – 6 ptbb de winrate. Je prend la responsabilité de ces résultats.

 

(suite dans un prochain article)


http://forumserver.twoplustwo.com/54/poker-beats-brags-variance/100k-hands-w-ahud-338578/
http://forumserver.twoplustwo.com/54/poker-beats-brags-variance/destroyed-3-6-time-move-up-graph-286574/

Publié dans Psychologie

Commenter cet article

Dr Spades 11/10/2010 22:49


Qu'est ce qui selon toi à changé la dedans depuis 2008 ?
A moins que ce ne soit sur la parie suivante de l'itw...


M4 11/10/2010 23:35



Dans cette partie-ci, je pense simplement que le niveau s'est quand même très fortement amélioré en mid stakes et qu'on peut simplement être un peu moins enthousiaste quant à la facilité de faire
100-250k / an au poker en nlhe. De même pour la non solidité des regs.


Après, c'est mon avis... mais dans l'esprit, je suis d'accord avec lui bien entendu. A vous de juger de toute façon mais j'ai simplement préférer rappeler la date de ces propos histoire que
chacun puisse recontextualiser au besoin.