Exercices du mois d’octobre

Publié le par M4

Comme je l’ai déjà dit plusieurs fois, plutôt que me fixer des objectifs, je préfère parler de résolutions à tenir à long terme, de sorte qu’elles deviennent des habitudes. De ce fait, les exercices de septembre restent bien entendu d’actualité.

 

Pour ce mois d’octobre, j’ai décidé de tester une approche qui, à mon sens, peut m’être bénéfique durant mes sessions mais aussi dans la façon de gérer mes résultats qu’ils soient positifs ou non. Le but c’est de se créer une sorte de « routine ». En effet, notre esprit ne fonctionne pas de façon rationnelle par nature, il est soumis à des émotions difficilement maitrisables (du moins dans un premier temps). Bien sur, l’idéal serait de réussir à maitriser à un tel point nos émotions qu’elles n’influent plus du tout sur nos décisions durant une session et quand je parle de décisions, je ne parle pas seulement de la façon de jouer à la (aux) table(s) mais aussi de savoir combien de temps jouer, quand continuer, quand s’arrêter. Actuellement, je ne pense pas (encore ?) être capable de maitriser à ce point mes émotions pour que je puisse, de manière naturelle et sans me forcer, savoir quand stopper une session ou quand la continuer.

 

J’ai déjà évoqué ce concept mais notre esprit est naturellement plus affecté par les éléments résultants d’un passé récent. De ce fait, nos sentiments ne seront pas toujours rationnels (on sera plus content de finir une session even après avoir commencé à perdre 4 caves plutôt qu’up d’une cave alors qu’on en avait gagné 4 au départ) et nos décisions se prendront souvent sur le coup de l’émotion plus que de la raison. J’ai, comme beaucoup, la sensation d’écourter mes sessions positives et d’allonger mes sessions négatives. C’est quelque chose de très classique et qui semble tout à fait logique quand on s’intéresse à la façon dont fonctionne notre esprit. Travailler pour changer cette perception des choses est primordial et passe dans un premier temps par une prise de conscience du problème. Le résoudre semble plus compliqué et se forcer à aller dans le sens contraire de nos envies (et de nos émotions) n’est pas forcément ce qu’il y a de mieux à faire à mon sens.

 

J’ai donc décidé, fort de ce constat, de m’imposer une certaine routine. Loin de vouloir me contraindre à quoi que ce soit de manière trop stricte, je compte simplement essayer de jouer des sessions d’une durée relativement équivalente, quel que soit le résultat de celles-ci. Je pense personnellement avoir atteint un point ou je suis capable de jouer mon A-game durant, en moyenne, entre 1h et 2h selon différentes variables (déroulement de la session, fatigue, conditions de jeu etc...). Pour autant, une simple pause entre deux sessions d’1h30 peut largement me suffire mais encore faut-il la respecter et savoir de quoi on parle quand on évoque le concept de « pause ».

A mon sens, une pause revient à concentrer son esprit sur autre chose que la session que l’on vient de jouer. Se lever et marcher 10 minutes s’aérer l’esprit (voir tenter un exercice de médiation) peut largement se révéler suffisant si elle permet d’évacuer les émotions liées à la session jouée. De même que parfois, seule une vraie nuit de sommeil nous permet de repartir de bon pieds lorsque qu’une session s’est très mal passée et que s’aérer l’esprit en oubliant ou mettant de côté la session semble impossible. Parfois même (rarement heureusement), un vrai break est nécessaire (vacances, activités diverses hors poker etc...). Plus souvent, lors de simples pauses entre deux sessions et avec l’habitude, le simple fait de surfer sur internet sur nos sites habituels, de se regarder une série, d’aller manger ou d’aller faire du sport suffisent amplement !

 

Ma résolution est donc de jouer des sessions d’environ 1 à 2h entrecoupés de pauses (plus ou moins courtes donc) les jours ou je me sent capable (et ait l’envie) de jouer plus longtemps. Fini les sessions de trente minutes ou on stop car on a gagné 3 ou 4 caves rapidement ou les sessions de 4 à 5h ou on chasse les pertes du début de session. Je m’autorise bien entendu des exceptions à la règle dans le sens ou on peut avoir décidé, à l’avance, de jouer 30 minutes avant de devoir/vouloir faire autre chose (auquel cas le résultat n’influe pas) ou de jouer plusieurs heures parce que la variante nous y oblige (tournois notamment) mais ce sont des évènements rares dans mon cas (joueur de cash game online).

 

Mon but est donc bien, à terme, d’avoir à ce point mis de côté la composante « résultat » dans la durée de mes sessions que ça en devienne alors naturel de ne plus la prendre en compte. Peut-être alors que la routine ne sera plus nécessaire et que la simple analyse de la situation (suis-je en forme ? suis-je concentré ? suis-je suis le cout d’émotions néfastes ? ais-je réellement un edge compte-tenu de tout cela ? vais-je bien vivre les résultats possiblement négatifs si je continue à jouer ? etc.) suffise. Mais comme souvent, comprendre comment notre esprit fonctionne et comment il affecte nos décisions est un point extrêmement important et nous permet à la fois de savoir, dans l’idéal, à quoi nous devrions arriver et, dans un premier temps, comment contourner ce fonctionnement « naturel » par des astuces diverses.

 

Pour finir, j’ai bien conscience que cette résolution me semble, a priori, bonne dans mon cas. Je ne prétend pas que ce soit la solution pour tout le monde. Cela dit j’ai essayé d’expliquer mon « though process » ou du moins mon cheminement pour en arriver là. Libre à ceux qui se reconnaissent dans les symptômes mais pas dans le traitement d’essayer de se créer leurs propres astuces pour réussir à « dompter » un maximum leur esprit. Encore une fois, la prise de conscience est de toute façon l’étape primordiale de tout processus de changement...

Publié dans Exercices

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alex 08/10/2010 21:59


Les sessions d'1h30 c'est une bonne idée que j'essaie d'appliquer.


Olivier Integrity 06/10/2010 13:03


J'aime beaucoup ce nouvel exercice. Je me met au cash game et je pense essayer cette méthode.
Qui malheureusement est impossible à pratiquer en tournoi :)


M4 06/10/2010 14:23



Oui, j'avoue avoir pensé aux joueurs de tournois en me disant que tout ceci semble forcement useless mais bon... pour ce qui est du "quitting" (savoir quitter une session), il n'y a
malheureusement pas d'équivalence possible pour les donkamenteux.


Merci à ceux qui postent des commentaires btw ! C'est toujours difficile d'évaluer si les articles plaisent ou non.


GL