Et l'ego dans tout cela ?

Publié le par M4

"It turns out that 75% of all poker players think they play better than the other 75%"
Tommy Angelo - Elements of Poker

"I hate to be the one to break it to you, but I’m only doing this because I love you. You are not good at poker. You have a ton of huge leaks in your game. You occasionally make good plays and you know some basic strategy, but your thought process is bad and causes you to make a lot of mistakes. A great player would absolutely destroy you in the long run.
Are you still reading? Good. Maybe there’s hope for you. The fact of the matter is, the above paragraph is true for about 95% of the people reading this article. Probably around 75% of readers are saying to themselves, “Well, that’s not me.” (So, if you said that, you’re still favored to be bad.) That’s your biggest leak: your ego."
Phil Galfond - Article complet (2007)

Plus qu'une explication théorique, je souhaitais juste à travers ces deux citations, pointer du doigt un autre élément majeur entrant en ligne de compte quand on tente d'évoquer un sujet aussi vaste que celui de l'aspect psychologique du poker.

J'ai, comme souvent, bien plus de questions voire, au mieux, de suppositions à ce sujet que de certitudes. Pour certains, l'ego (ou le fort ego devrais-je dire, car l'ego n'est que la représentation que l'on a de soi-même, peu importe le degré) est vu comme un atout au poker, pour d'autres comme un défaut majeur.
Comme souvent, la réponse la plus juste se situe probablement entre les deux. En effet, un fort ego permet probablement de se relever plus facilement de situations difficiles, de se remettre en selle avec confiance et de sans cesse chercher à voir plus haut. A l'inverse, il peut aussi facilement mener à un manque de remise en question voir à un aveuglement total menant inévitablement droit dans le mur.
Je pense que bien souvent, la deuxième partie s'avère la plus vraie pour une majorité de joueurs, peut-être encore plus en France ou dans les autres pays de culture plutôt latine.
Le meilleur atout du joueur de poker (d'un point de vue psychologique) reste de toute façon son caractère rationnel. Savoir mettre son orgueil de côté et se remettre en question semble tout aussi primordial que d'avoir confiance en soi si cette confiance est justifiée.

Pour ne pas rester trop vague, je me risquerais quand même à un conseil. Quand vous pensez être au dessus d'un field, meilleur que les joueurs qui sont à votre tables, voire de votre unique adversaire en cas de heads-up, demandez vous "en quoi suis-je meilleur ?". Quels sont les leaks qu'il a que je n'ai a priori pas ? Qu'ai-je remarqué dans ses tendances qui me laisse à penser que je pourrais l'exploiter sur le long terme ?
En effet, on entend souvent des joueurs (de heads-up notamment, quand le "match" se joue entre deux joueurs réguliers) se dire "il a une chance pas permise, ça ne peut pas durer éternellement" (avec un langage probablement plus familier mais là n'est pas la question). Même en supposant que ce soit vrai, est-ce suffisant pour ne pas se poser les questions dont je parlais précédemment ? Est-ce parce que votre adversaire a plus de chance que vous jusqu'à présent qu'il est forcément moins bon ?

Pour finir, je tenais à préciser que je ne suis pas en train de dire qu'il faut absolument jouer 100% du temps des games profitables. Jouer légèrement underdog de temps en temps (rarement) peut être une démarche rationnelle elle aussi. Le tout est d'en avoir conscience. Enfin, il n'est évidemment pas toujours facile de savoir ce qu'on vaut par rapport à nos adversaires... parfois, même en faisant preuve d'honnêteté intellectuelle, la réponse ne nous paraitra pas claire... là n'est pas le problème. Le tout, c'est de savoir se poser la question et d'essayer d'y répondre de façon rationnelle.

 

N.B: Ne m'étant pas encore intéressé au concept bouddhiste du Anātman (concept d'impersonnalité) dans le détail, je vous épargne la petite digression sur le sujet.

Publié dans Psychologie

Commenter cet article

annicapower 14/09/2010 03:41


Je vais essayer de clarifier ma pensée :

Ca ne peut t'être que bénéfique de t'intéresser de façon générale à la méditation et de bouquiner sur le sujet. Mais je pense que comme toute chose, si le sujet te parle et ça a bien l'air d'être
le cas, tu voudras tôt ou tard t'y investir plus profondément. Pour prendre un exemple bateau, tu peux lire toute une série de bouquins sur comment apprendre à faire du vélo, tant que tu n'auras
pas essayé en pratique, tu ne sauras pas en faire.

C'est le travail de toute une vie et je pense que c'est bien sûr extrèmement utile quand tu joues au poker à plein temps, une des activités les + génératrices de frustration qui soit. Mais c'est
bien heureusement beaucoup plus vaste et ça doit te mener plus généralement à être plus heureux dans la vie.

Dans mon cas, je pratique la méditation depuis maintenant 6 ans. Je suis quelqu'un de très émotif et stressé à la base. J'ai toujours adoré jouer donc le poker est 'naturellement' devenu une
passion pour moi.

Je vais passer pro d'ici 6 mois et très clairement c'est quelque chose que je n'envisageais même pas il y a encore peu de temps parce que trop de tilt, de frustration... J'en ai évidemment encore
mais à un degré bien bien moindre. Et comme il s'agit d'un travail en profondeur et non de réflexions purement intellectuelles, je ne suis plus dans un schéma de privation mais d'acceptation. Pour
reprendre ton exemple sur le fait de regarder son cashier à longueur de session, ça n'a effectivement aucun intérêt et je le faisais aussi au départ beaucoup. Au fur et à mesure de ma pratique, je
me suis rendu compte que naturellement, sans "effort" conscient, je n'en éprouvai plus le besoin.

Bref je pense encore une fois que l'approche de ce blog est très intéressante et le fait que tu te poses ces questions va je pense naturellement te faire évoluer sur le sujet.

Après je ne suis pas là pour faire du prosélytisme, il existe de multiples formes de méditation mais je suis à ta dispo si tu veux que je détaille un peu ce que je pratique. En terme de livres
d'approche, je peux conseiller en particulier "Le pouvoir du moment présent" d'Eckart Tolle qui est vraiment très bien.


M4 14/09/2010 12:02



Pour une première approche, je me suis procuré "l'art de la méditation" de Matthieu Ricard. Je compte d'ailleurs en parler dans ce blog tôt ou tard.
J'ai en effet conscience que ma démarche est vouée à évoluer et je pense bien comprendre ce que tu veux dire maintenant.



Pour autant, même si ma démarche évolue, elle restera personnelle et la vision que je me fait de ce blog (bien qu'encore floue) fait que je ne rentrerai de toute façon jamais dans les détails et
garderait autant que possible ce lien avec le poker qui, par définition, ne permettra pas d'explorer, sur ce blog, cet univers vaste dont tu parles. Cela dit, c'est un postulat de base (qui peut
évoluer lui aussi) contraignant mais qui ne me semble pour autant pas inutile. Ne nous leurrons pas, la très grande majorité des lecteurs de ce blog n'entameront pas une démarche d'investissement
profond (et ça vaudra peut-être pour moi aussi...) et je ne suis pas et ne serai sans doute jamais à même de guider qui que ce soit dans cette direction. Donc oui ma démarche est limitée, au
moins pour ce qui est de ce blog. Ceux qui voudront étendre leurs horizons pourront le faire (une recherche en entrainant une autre) en utilisant des sources autres que ce blog.



Mais pour la grosse majorité des personnes qui ne le feront pas, je ne pense pour autant pas que la démarche soit vaine (et j'ai bien compris que toi non plus).


Merci à toi pour cette réaction et bonne chance pour la suite. Si l'envie de prend te témoigner sur ce blog (ou ailleurs et que j'en fasse l'écho), n'hésite pas à me contacter.



annicapower 13/09/2010 13:44


Salut,

Très bonne approche, c'est effectivement un aspect totalement sous-estimé du poker et qui a une importance énorme sur le winrate.

Tu fais référence à des notions de méditation et de bouddhisme ici.

Pratiques-tu ou t'y intéresses tu uniquement 'intellectuellement' parlant ?

Car AMHA tu auras beau te dire après le prochain 80/20 perdu qu'il ne faut pas que ça t'affecte, ce n'est pas intellectuellement que tu pourras résoudre la chose. Même chose pour l'ego, tu dois
travailler en profondeur pour le diminuer.

=> Tu auras compris, je ne peux que t'encourager à t'engager pleinement dans cette voie. Je ne sais pas si tu es joueur pro, mais si c'est le cas, tu as le temps pour t'y mettre
sérieusement.

Tu peux me contacter sur le sujet si besoin.


M4 13/09/2010 15:17



Merci.

Si tes connaissances sur le sujet peuvent m'apporter quelque chose, je suppose que c'est le cas pour d'autres aussi donc n'hésites pas à préciser ta pensée et, si tu en as envie bien évidemment,
je peux publier un billet ou renvoyer vers ton site/blog si tu en as un.

Pour répondre à tes questions, j'ai résidé en Thaïlande récemment (pendant 7 mois environ) à Chiang Mai et je me suis intéressé à ces concepts assez tardivement lors de ce séjour, suite à une
période compliquée au niveau du poker. Depuis j'ai lu pas mal de choses ici ou là et me suis procurer deux livres à ce sujet (méditation notamment). Pour autant, je considère n'être qu'au début
de ma démarche et il me faudra du temps pour pouvoir partager ça si vraiment je continue sur cette voie. Donc disons que je suis un quasi néophyte.

Pour ce qui est du "travail en profondeur", je ne suis que partiellement d'accord apriori. Je reviendrai sans doute sur mon parcours dans un article à proprement parlé mais globalement, je pense
avoir fait de gros progrès dans le domaine (tout en mesurant que le chemin est long) avec, au final, une simple application de résolutions très simples et la découverte, au fur et à mesure, d'une
autre manière de voir les choses.

Là ou je veux en venir, c'est qu'à mon avis, il est loin d'être inutile, même pour des joueurs qui n'iraient pas très loin dans les concepts de méditation etc, d'avoir un aperçu de la chose et
d'ouvrir un peu leurs horizons. Et je pense que ça peut être profitable très rapidement au poker, tant en terme de winrate (plus ou moins selon les cas) mais surtout, dans la manière de mieux
vivre sa vie de joueur de poker, encore plus pour ceux dont c'est la source de revenue principale bien évidemment.